Concept Météo Amateur de Montret Site régional de Météorologie en Bresse louhannaise à Montret 71440
Concept Météo Amateur de Montret
Sécheresse, les risques se multiplient
L'été, saison de tous les dangers ? Cette année encore, on se demande si les fortes chaleurs déjà constatées ne menacent pas la production agricole, l'équilibre énergétique et le seuil minimal des nappes phréatiques, déjà affectées par le manque de précipitations de l'hiver et du printemps. 
Un dossier sensible: personne n'a oublié l'année 2003: une canicule qui aurait fait environ 70'000 morts en Europe (selon les chiffres de l'Institut national de la santé et de la recherche médicale) dont 15'000 en France. Cet été là, le Danube a vu son niveau baisser jusqu'à 1,50 mètre - un « record» depuis 1953 -, rendant quasi impossible la navigation sur le deuxième plus long fleuve européen. L'été 1976 est resté aussi dans les mémoires. Particulièrement dans l'hexagone, où les récoltes de céréales sont divisées par deux. L'armée se trouve mobilisée pour approvisionner en fourrage les éleveurs. Et le gouvernement instaure un « impôt sécheresse ». Il rapporte près de 6 milliards de francs (3,5 milliards d'euros) et entraîne un vif mécontentement dans la population, qui doit s'acquitter de 10 % supplémentaires - cet impôt sera remboursé cinq ans plus tard. 
 
Au fil des siècles, l'histoire de l'Europe fourmille d'exemples. La sécheresse la plus importante du millénaire a lieu en 1303 : elle est telle que la traversée du Rhin à pied sec a été possible! 
En 1788, à la veille de la Révolution, le climat constitue l'un des ferments de la crise économique: les blés ont un très faible rendement alors que les inondations de 1787 ont déjà rendu l'ensemencement difficile. Plus proche de nous, l'été 1911 est le plus sec depuis au moins 1851, selon les spécialistes. Dans plusieurs grandes villes françaises, le nombre de jours où la température est supérieure à 30° franchit un cap: plus de 50 jours à Marseille notamment, et 32 à Paris.
Pour les vignerons, cette année 1911 reste celle d'un grand millésime, marqué par des vendanges précoceset des crus très alcoolisés.
Dix ans plus tard, l'été 1921 repousse à son tour les limites. La Direction de la météorologie nationale, qui a collecté toutes les données du XXème siècle, note que le débit des rivières alpestres a chuté dans des proportions jusque-là inconnues.À Paris, le volume des précipitations sur l'ensemble de l'année « représente environ la quantité normale de pluie qu'on recueille à la limite septentrionale du Sahara algérien ». 
Justement, c'est le continent africain qui collectionne les épisodes de chaleur extrême. Entre 1968 et 1973, la « grande sécheresse» au Sahel touche seize pays: Sénégal, Mali, Mauritanie, Tchad, Nigeria, Soudan, Libye ... Près de 600000 tonnes de céréales manquent, entraînant une famine qui fait près de 100'000victimes. Chaque année, près de 20 millions d'hectares fertiles se transforment en désert. 
Entre 1972 et 1974, l'Éthiopie doit faire face à son tour à une famine sans précédent, provoquée par l'absence de pluie: de 50'000 à 200'000 morts selon les statistiques - pour 2011 près de 10 millions de personnes sont touchées dans ce que l'on appelle la Corne de l'Afrique qui subit la plus grave crise alimentaire depuis soixante ans. L'ampleur de ces famines provoque l'organisation, en 1974, à Rome, d'une conférence internationale sur l'alimentation qui elle­ même débouche sur la création, dans le cadre des Nations unies, d'un Conseil mondial de l'alimentation. En 1985, quand il accueille à Paris les débats de cette institution, François Mitterrand déclare: " Oui, l'aide est nécessaire, mais aussi l'organisation des marchés mondiaux. À quoi sert-il de produire dans une spéculation lointaine, quand une saute d'humeur d'une seule monnaie "dollar" vient ruiner en quelques moments l'effort de plusieurs années ". Des propos plus que jamais d'actualité.
Source: Historia, août 2011
©bw 10/2017 -  MàJ 17/09/2019